Attention

COVID-19 : Conditions d'accès à la maison communale

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Grippe aviaire H5N8 : Info à la population

Grippe aviaire H5N8 : Info à la population

Plusieurs contaminations d'influenza aviaire hautement pathogène de type H5 ont été confirmées chez des oiseaux sauvages en Flandre occidentale, à Anvers et dans le Limbourg au cours de la semaine dernière. L'étendue géographique de ces cas et les résultats similaires obtenus dans le nord de la France indiquent que la grippe aviaire circule chez les oiseaux sauvages dans tout le pays.

Le risque de contamination des volailles est donc très élevé partout en Belgique. Le ministre de l'Agriculture David Clarinval a donc décidé d'imposer aux agriculteurs professionnels et aux détenteurs particuliers un certain
nombre de mesures de précaution. Ces mesures sont en vigueur depuis le 15 novembre 2021.

Les plus importantes d'entre elles pour les détenteurs particuliers sont les obligations de confiner toutes les volailles et de nourrir et abreuver toutes les volailles et autres oiseaux uniquement à l'intérieur ou sous des filets. Les ratites, les rapaces, les pigeons de sport, les autres oiseaux d'ornement et oiseaux chanteurs ne doivent pas être confinés à l'heure actuelle.

Vous trouverez plus d’information sur la page internet suivante : www.favv.be/professionnels/productionanimale/santeanimale/grippeaviaire/

Situation chez les oiseaux sauvages

Depuis le 11 novembre 2021, 3 cas de grippe aviaire hautement pathogène (H5N1) ont été découverts chez des oiseaux sauvages en différents endroits. Plus d'infos sur ces cas.

Ceci indique que le virus de la grippe aviaire circule à nouveau activement chez les oiseaux sauvages. Le ministre de l'Agriculture David Clarinval a donc décidé, sur avis de l'AFSCA, de renforcer les mesures de base à partir du 15 novembre afin de protéger au mieux nos volailles.

Période de risque accru

A partir du 15 novembre, une période de risque accru est déclarée et d’application sur tout le territoire et les mesures de prévention suivantes sont rendues obligatoires :

  • Les volailles des éleveurs professionnels et des détenteurs particuliers, à l’exception des ratites, doivent être enfermées ou protégées (à l'aide de filets).
  • Tous les volailles et autres oiseaux doivent être nourris et abreuvés à l’intérieur (ou sous filets).
  • Il est interdit d’abreuver les volailles et les oiseaux avec de l’eau de surface ou de l’eau de pluie accessibles aux oiseaux sauvages.

Ces mesures ont pour objectif d’empêcher les volailles des exploitations professionnelles et des détenteurs particuliers d'entrer en contact avec des oiseaux sauvages infectés par le virus de la grippe aviaire, et donc de les protéger.

Détenteurs professionnels et particuliers

Aucun cas n'a encore été identifié chez les détenteurs professionnels ou particuliers. Lors de la saison précédente de la grippe aviaire (novembre 2020 à septembre 2021), des infections par le virus hautement pathogène H5 ont été détectées dans 2 exploitations avicoles professionnelles, chez 2 négociants d’oiseaux et chez 6 détenteurs particuliers. Plus d'infos sur ces foyers et cas.

Programmes de surveillance de la grippe aviaire

Afin de détecter rapidement toute introduction de virus de la grippe aviaire, 2 programmes de surveillance dans le cheptel de volailles ont été mis sur pied par l’AFSCA:

  • un screening sérologique a pour but de déterminer la prévalence des virus de la grippe aviaire des sous type H5 et H7 chez les volailles dans les exploitations avicoles. Pour cela, du sang est prélevé dans les exploitations avicoles de plus de 200 volailles (à l'exception des exploitations de poulets de chairs). Les exploitations situées dans les zones naturelles sensibles, les exploitations avec parcours extérieur et les exploitations de dindes, oies et canards sont échantillonnées une deuxième fois au cours de la même année.
  • Dans le cadre du monitoring passif, dans chaque étable, chaque maladie ou mortalité anormale chez les volailles et la présence d’une chute de ponte importante ou d’une forte réduction de la consommation de nourriture et d’eau doivent être examinées par le vétérinaire de l’exploitation. Si celui-ci ne peut exclure une contamination par la grippe aviaire, alors aucun traitement thérapeutique ne peut être instauré avant la prélèvement et la transmission d’échantillons/de cadavres vers les laboratoires de ARSIA et DGZ pour autopsie et éventuellement des examens supplémentaires.

En ce qui concerne les oiseaux sauvages, ce sont les régions qui sont compétentes. Des programmes de surveillance ont été mis en place par les 3 régions, en concertation avec l’AFSCA.

Tous les échantillons des programmes de surveillance sont envoyés et analysés au laboratoire de référence Sciensano. Toutes les données des programmes sont par après enregistrées auprès de l’EFSA qui les intègre dans ses rapports concernant la situation de la grippe aviaire en Europe.


Rappel concernant la grippe aviaire

Qu’est-ce que la grippe aviaire ?

L'influenza aviaire ou grippe aviaire est une maladie virale très contagieuse, à laquelle probablement toutes les espèces avicoles sont sensibles. La nature des symptômes et l'évolution de la maladie dépendent du caractère pathogène de la souche virale, de l'animal concerné, de l'environnement et d'autres infections éventuelles. La contamination de la volaille peut se faire par le biais de contacts directs avec des animaux malades, ou par exposition à du matériel contaminé, comme du fumier ou des caisses sales. Une contamination peut aussi se propager via l'air, sur des distances relativement courtes.

Peut-on consommer œufs et viande de volaille ?

Le virus tel qu’il circule actuellement, et ces dernières années, n’est pas transmissible aux humains. Le consommateur n’encourt également aucun risque. La viande et les œufs de poules peuvent être consommés en toute sécurité.

L’AFSCA et la santé animale

Si l'AFSCA est connue pour ses contrôles tout au long de la chaîne alimentaire, l'Agence est également responsable de la prévention et du contrôle des maladies animales réglementées. En ce qui concerne la grippe aviaire, l'Agence travaille en étroite collaboration avec les autorités régionales.