Attention

COVID-19 : Conditions d'accès à la maison communale

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Vivre à CG / Nature & Environnement / Agriculture / Respectons le travail de nos agriculteurs
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Respectons le travail de nos agriculteurs

Vivre à la campagne est, pour la plupart d’entre nous, un choix. On décide de s’installer dans un endroit beau, calme, entouré de nature. Mais n’oublions pas que nos villages sont aussi des lieux de vie et de travail en constante évolution. Oui, à la campagne, les tracteurs circulent, parfois durant la nuit. Oui, le bétail se fait entendre. Oui, certains parfums se font sentir. Ces petits « désagréments », les agriculteurs ne peuvent les éviter. L’urbanisation galopante des villages et l’afflux de voitures entrainent aussi des nuisances pour l’activité agricole. Tout est une question de compréhension mutuelle, facilitée par une meilleure connaissance des conditions de travail de chacun.

Une charte de la ruralité et de la convivialité est en cours d’élaboration. En attendant sa diffusion, nous nous permettons de vous rappeler quelques règles pour respecter le travail de nos agriculteurs :

  • Il est nécessaire de tenir vos chiens en laisse lorsque vous passez à proximité des prairies : un chien qui accourt dans leur direction est une source de stress pour le bétail et les chevaux. Tenir votre chien en laisse participe également à protéger toute la faune qui vit dans nos champs et nos prairies : petits rongeurs, oiseaux qui nichent au sol, lapins,…
  • Les promeneurs sont tenus de respecter les champs en culture et les prairies. Il n’est pas autorisé de s’y promener (sauf si une servitude de passage les traverse, mais en restant bien sur l’assise du sentier). Il s’agit de propriétés privées qu’il convient de respecter.


Les champs ne digèrent pas le métal, les vaches non plus…

En septembre 2020, la commune a proposé aux agriculteurs de leur mettre à disposition des bâches de sensibilisation sur les effets néfastes que représentent les canettes jetées dans la nature...

Hervé Adam est agriculteur à Longueville, comme ses parents avant lui. Il a choisi d’installer une bâche le long d’une prairie, à l’entrée de son village.

Hervé : Nous avons plus d’une centaine de vaches blanc bleu à la ferme. Presque chaque année, on perd une vache à cause des canettes qui atterrissent dans nos champs ou nos prairies…

La Fédération Wallonne de l’Agriculture (à l’origine de cette campagne de sensibilisation) précise que près de 3.000 animaux sont blessés chaque année sur le seul territoire de la Belgique…

Hervé : On trouve malheureusement beaucoup de canettes dans les prairies, dans les champs et dans les talus. On ramasse ce qu’on peut à la main, mais dans les hautes herbes ou quand les engrais verts ont bien poussé, on ne voit plus tous les déchets…. Si les grosses machines agricoles sont équipées de détecteurs, ce n’est pas le cas des véhicules qui font les ballots. Et puis, les canettes sont constituées en grande partie d’aluminium et les machines ne le détectent pas…

Lors de la fauche et de l’ensilage, les canettes qui ont échappé à notre vigilance sont déchiquetées et se transforment en lamelles coupantes. Quand elles atterrissent dans le fourrage, c’est une catastrophe pour nos vaches : elles se blessent, font des hémorragies, des infections si les canettes sont rouillées, ça perfore leur estomac et si on n’intervient pas à temps, elles peuvent en mourir…

Lorsqu’elles sont en prairie, les vaches n’avaleront pas une cannette entière comme sur l’affiche. Mais en broutant et arrachant des touffes d’herbe, elles risquent aussi d’emporter des morceaux de cannettes déchiquetées ou rouillées et de se blesser.

On doit parfois faire appel au vétérinaire, qui introduit un aimant (en l’injectant avec une seringue) pour récupérer les corps étrangers dans l’estomac de la vache !

Beaucoup de temps, d’énergie et d’argent dépensés par les agriculteurs pour contrer les effets d’incivilités. Rappelons et insistons sur ce qui parait pourtant évident et devrait constituer une des bases de la vie en société : le respect des champs, des prairies, du bétail et du travail de nos agriculteurs.

Vous êtes agriculteur et vous souhaitez disposer également d’une de ces bâches ? Merci de vous manifester auprès du secrétaire des échevins : aGVucmktbmljb2xhcy5yZW5kZXJzQGNoYXVtb250LWdpc3RvdXguYmU=